Publiziert am: 05.07.2019

Amélioration de l’infrastructure ferroviaire en Suisse

Le 9 février 2014, le peuple suisse a accepté à une nette majorité (62%) le projet de financement et d’aménagement de l’infrastructure ferroviaire (FAIF). Le fond d’infrastructure ferroviaire (FIF) ainsi créé financera aussi bien la maintenance que les futurs aménagements dont les mesures seront décidées par étapes tous les quatre à huit ans par le Parlement. Sur cette base, la planification de l’étape 2030/35 du programme de développement stratégique de l’infrastructure ferroviaire (PRODES) fera l’objet de discussions aux Chambres durant la prochaine session d’été.

La prospérité économique de notre pays exige des infra­structures performantes. Les infrastructures ferroviaires jouent ainsi un rôle déterminant dans la compétitivité de la place économique suisse, la qualité de vie de la population et la cohésion du pays. Pour ce faire, la Suisse doit encore déployer d’importants efforts malgré les excellentes conditions de départ en comparaison internationale.

Dans ce but, le Conseil fédéral a soumis au Parlement PRODES 2035, programme de développement stratégique de l’infrastructure ferroviaire. Après son premier passage aux Chambres cet objet est revenu au Parlement au cours de la session d’été pour, espère-t-on, les dernières modifications.

De quoi s’agit-il? Dans PRODES 2035, le Conseil fédéral propose des investissements à hauteur de 12,8 milliards de francs. Une somme très importante qui permettra de continuer à étoffer l’offre, tant pour le trafic grandes lignes que pour le réseau express régional. Et de répondre ainsi à la demande de transports en forte croissance. Il serait ainsi également possible de réaliser des aménagements sur les chemins de fer privés et d’établir des liaisons express destinées au transport de marchandises.

Les améliorations ainsi prévues nécessitent environ 200 aménagements d’envergure variable sur les infrastructures. A l’heure où je rédige ces lignes, la Commission des transports et des télécommunications du Conseil national (CTT-N) a approuvé sans réserve le train de mesures élaboré par le Conseil fédéral, de même que les modifications adoptées par le Conseil des Etats.

En particulier, elle a accepté d’intégrer au projet d’arrêté fédéral les deux gares de Winterthur et de Thoune, pour permettre un développement judicieux de ces deux agglomérations.

En Suisse romande, le Conseil des Etats a également soutenu le prolongement de la ligne Aigle–Leysin contre l’avis du Conseil fédéral. Des trains directs entre Bâle, Delémont et Genève, ainsi que l’équipement partiel du deuxième tube du tunnel du Lötschberg, sont aussi prévus.

En outre, le Conseil des Etats a relancé l’espoir de voir une ligne ferroviaire directe relier Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds, en intégrant aussi ce projet dans l’étape d’aménagement 2035 du programme de développement stratégique de l’infra­structure ferroviaire.

Grâce à d’autres mesures, la cadence au quart d’heure sont prévues dans toutes les grandes régions urbaines et des cadences à la demi-heure entre toutes les grandes métropoles. Ces mesures concernent principalement l’Arc lémanique, mais aussi les régions de Berne et de Zurich.

D’autres améliorations de l’offre seront effectuées sur le pied du Jura, entre Bâle et le Plateau, dans la région de Glaris, en Suisse orientale et centrale, sur les liaisons entre Berne et Interlaken, entre Berne et Brigue, dans la région de Lugano ainsi que dans des régions touristiques. Plusieurs gares dont celles de Nyon, Morges et Neuchâtel devraient être aménagées.

Le transport de marchandises sera optimisé sur les deux axes est-ouest et nord-sud. Des sillons supplémentaires éviteront les restrictions au transport de marchandises aux heures de pointe sur le Plateau et dans la région de Zurich.

Vu son importance stratégique pour le développement économique de la Suisse, PRODES 2035 a réuni un consensus extrêmement large. Après avoir convaincu le Conseil des Etats, avec son crédit de 12,8 milliards, il doit encore franchir le cap du Conseil national, qui devra empoigner le dossier dans quelques jours… La voie semble de toute manière déjà tracée!

*Conseiller national (PDC/TI), entrepreneur, président de l’Associazione industrie ticinesi (AITI)

fabio.regazzi@parl.ch