Posté le: vendredi 20 janvier 2017

Coups de sonde en mode bruxellois

bruxelles – Ouverte du 13 au 22 janvier, la 95e édition démarre l’année automobile européenne en douceur. Si les nouveautés sont pour Genève ou Francfort, on y trouve souvent des mises à niveau techniques, esthétiques. Et de nouvelles versions.

Voici donc notre sélection de A à Z des modèles présentés au Salon 
automobile de Bruxelles, du 13 au 
22 janvier.

Alfa Romeo

Plus raisonnable que la surpuissante (510 ch!) Quadrifolio, la nouvelle Alfa Romeo Giulia Veloce conjugue sportivité en diesel (2.2 litres, 210 ch/
470 Nm) ou essence (2.0, 280 ch/
400 Nm). Et dans les deux cas, couplé de série à une boîte automatique à 8 rapports et à la transmission intégrale Q4. Diffuseur arrière intégrant un double échappement, jantes de 19 pouces et bouclier avant «vorace» caractérisent la Veloce. Même esprit sportif dans l’habitacle avec des sièges sport plus enveloppants en cuir micro-perforé, un volant sport chauffant et des inserts en alu. A partir de 54 150 francs.

BMW

La septième génération de la série 5 est la grande nouveauté de Bruxelles. Bien que le style évolue en douceur, elle met le paquet au niveau technologique en héritant des équipements dernier cri de la série 7. Une version hybride sera également lancée.

Citroën

La nouvelle C3, caractérisée par ses couleurs pimpantes et ses «Air Bumps» latéraux, innove par sa caméra de bord qui enregistre les déplacements. Au rayon utilitaire, on trouve le Space Tourer (successeur du Jumpy) et jumeau des Toyota ProAce et le Peugeot Traveller. Proposé en deux longueurs, il se destine aussi bien pour le transport de marchandises que de personnes. Sa version «Business Edition» est même équipée de sièges cuir et de tablettes de travail!

Dacia

Logan, Logan MCV et Sandero ont été remis au goût du jour. Sous le capot, une nouvelle motorisation de base apparaît, la SCe 75 (3 cylindres 1.0 de 75 ch). A bord, on profite d’une ergonomie améliorée, d’une caméra de recul, d’une aide au démarrage en côte, d’un accoudoir central et d’espaces de rangement supplémentaires. Quant au Duster, il est disponible avec une boîte automatique à double embrayage EDC à 6 rapports.

DS

Mise à jour générale des modèles existants chez DS. La DS3 profite même d’une nouvelle face avant avec des phares à LED avec, sous le capot, l’arrivée de la famille de moteurs PureTech à 3 cylindres.

Fiat

Jolie, confortable et bon marché, la nouvelle Tipo est armée pour conquérir des parts de marché. Surtout en Station Wagon vendue comptant avec le Bonus Cash et Bonus Big Deal à partir de 15 390 francs! Autre modèle de pros, le pick-up Fullback. Basé sur le Mitsubishi L200, il entraîne ses 4 roues motrices par un costaud diesel 2,4 l de 180 ch/430 Nm via une boîte manuelle ou automatique à 6 rapports.

La 500X repoudre sa carrosserie, reçoit de nouvelles jantes de 17 pouces et un intérieur revu avec de nouveaux sièges. En motorisation d’accès apparaissent les motorisations1.3 MultiJet 95 ch et 1.6 eTorq 110 ch. Ces moteurs sont également disponibles sur les versions Off-Road Look (Cross et Cross Plus). Enfin, la motorisation diesel 1.6 MultiJet 115 ch sera dorénavant disponible avec boîte à double embrayage.

Ford

La marque à l’ovale bleu propose la finition de luxe Vignale sur Mondeo, S-Max et Kuga. A son tour, cette dernière s’offre une version ST plus sportive d’apparence et à la suspension raffermie.

Honda

La Civic de dernière génération conserve un style à la fois futuriste et dynamique. En s’allongeant à 
450 cm, l’habitabilité devient exceptionnelle et le volume du coffre établit un record avec 478 litres. A choix, deux nouveaux turbo essence de 
1 litre (3 cylindres) et 1,5 litre (4 cylindres) de respectivement 129 et 
182 ch. Le 1,6-litre diesel, lui, est reconduit sans changement.

Hyundai

La star du stand Hyundai, c’est la i30. Plus sportive avec son imposante calandre, la nouvelle berline compacte s’offre de nouveaux moteurs turbo essence: 3 cylindres 1 litre de 120 ch et 4 cylindres 1,4 litre de 
140 ch. Le 1.6 turbodiesel sera repris dans ses différents niveaux de puissance.

Isuzu

Le pick-up D-Max débarque à Bruxelles rajeuni. A commencer par son nouveau petit 1,9-litre turbodiesel de quand même 164 ch/360 Nm et répondant à la norme Euro 6. Le déficit en cylindrée fait perdre 60 kg au moteur! Ses deux transmissions – 
manuelle à 6 vitesses ou automatique à 6 rapports – sont nouvelles. La carrosserie reçoit de nouveaux pare-chocs et des phares redessinés. A l’intérieur, le tableau de bord est repensé, et des sièges plus confortables.

Kia

Trois nouveautés sur le stand Kia: la compacte Rio, le crossover Niro et le SUV Sorento. La première se distingue notamment par ses nouveaux 3 cylindres turbo essence de 100 et 120 ch. La Niro est un crossover à propulsion hybride (et bientôt hybride rechargeable) dont la particularité est l’agrément d’une «vraie» boîte automatique. Le nouveau Sorento sera lancé directement en version hybride rechargeable. A côté des motorisations diesel s’ajoutera une version GT à moteur essence de 250 ch.

Land Rover

Ladies and Gentlemen, voici le tout nouveau Land Rover Discovery dont la structure en aluminium et d’autres mesures lui font perdre près d’une demi-tonne! Qui dit moins de poids dit downsizing des moteurs avec deux motorisations diesel 4 cylindres 2 litres développant à partir de 180 ch. A cela s’ajoutent un V6 diesel (258 ch) et essence à compresseur (340 ch). Ce cercle vertueux profite à la consommation et aux émissions.

Mazda

Le roadster MX-5 existe désormais aussi en coupé-roadster. Pour rouler à ciel ouvert, il suffit de retirer le hardtop. Cette architecture offre moins d’ouverture que le toit en toile escamotable d’un cabriolet, mais assure moins de turbulences et plus de polyvalence. Autre nouveauté, l’arrivée d’une boîte automatique en option. Les Mazda 3 et 6 profitent, quant à elles, d’un léger facelift et d’un enrichissement de l’équipement.Jean-Luc Adam

OUI À « NO BILLAG » – SSR, IL FAUT QU’ON PARLE
foto

La Chambre suisse des arts et métiers, parlement de l’usam, a décidé de recommander de voter OUI à l’initiative « No Billag ». L’impôt médiatique Billag frappe doublement les entreprises, de façon arbitraire et injustifiée. La ministre des médias Doris Leuthard et les représentants de la SSR font tout pour convaincre le souverain que l’initiative ne menace pas seulement l’existence de la SSR, mais celle de la Suisse toute entière. Cela est totalement absurde. Un OUI à « No Billag » permettra, au contraire, de mener enfin la discussion sur le service public que l’on nous refuse depuis la votation populaire de 2015 sur la LRTV et d’empêcher l’étatisation du paysage médiatique suisse.
» plus