Posté le: dimanche 11 février 2018

Deux fois au bureau et deux fois à titre privé

«no billag» – Une ponction multiple qui exaspère les micro-entreprises

Comme beaucoup d’autres, le chef d’entreprise bernois T.H.* ne veut pas être cité nommément dans le journal lorsqu’il exprime son exaspération face à l’impôt médiatique Billag. T.H. travaille dans le secteur de la construction. Il gère sa Sàrl unipersonnelle dans la vieille ville de Berne, où il est sous-locataire d’un groupe de musique à succès. «Mes bailleurs paient l’impôt Billag pour leur bureau. Moi, qui fais ma paperasse dans un petit coin de ce même bureau, je dois aussi payer Billag bien que je n’écoute pas la radio ni ne regarde la télévision. Ça m’exaspère!»

Son appartement est situé à 500 mètres de son bureau. Là aussi, il doit encore s’acquitter de l’impôt Billag à titre privé. Et son amie, qui est souvent chez lui, paie également l’impôt médiatique pour son propre appartement. «Cette ponction multiple m’exaspère au plus haut point – comme d’ailleurs beaucoup de mes collègues indépendants. Nos clients, dans tous les cas, n’accepteraient jamais de passer plusieurs fois à la caisse pour une seule et même prestation. C’est pourquoi je soutiens l’initiative «No Billag».

*Nom connu de la rédaction

En/usam