Publiziert am: 08.03.2019

L’entrepreneur améliore son invention

ECOROBOTIX – Le robot agricole romand entre dans une nouvelle phase d’adaptation au marché et de tests sur le terrain.

Autre entreprise présente au Salon des cleantechs de Lausanne à Beaulieu, Ecorobotix (lire JAM 03 2017) occupait un grand emplacement et le robot sur ses quatre roues a suscité de nombreuses questions.

Présent ce jour-là, Steve Tanner, l’un des cofondateurs, expliquait que la PME romande avait décidé de se donner plus de chances avant d’entrer sur le marché: «Après de bonnes séries de tests sur le terrain en 2018 en Suisse, en France, aux Pays-Bas et en Belgique, dans des coopératives agricoles et des centres agronomiques, nous avons décidé d’améliorer encore les performances de notre robot agricole, notamment dans le franchissement d’obstacles et la vitesse de la surface traitée par jour. Aujourd’hui déjà, les rendements sont positifs, mais ils pourraient être encore meilleurs.» Après ces adaptations, il faudra encore passer une série de tests. «Dans le domaine agricole, cela peut prendre des mois, les tests se déroulent sur une dizaine de champs différents», ajoute Steve Tanner. Il faut aussi que cela se passe à la bonne saison et dans les bonnes conditions, sinon cela ne fait pas sens pour l’agriculteur. «L’utilisateur final doit avoir des garanties que cela fonctionne bien. Nous devons parfois tenir compte d’une météo capricieuse. Et il ne nous est pas possible de nous déplacer dans l’hémisphère sud pour gagner six mois, car tout le processus est beaucoup trop lourd à gérer.»

Les utilisateurs quant à eux se réjouissent de le voir arriver dans leur champs. Mais avant cela, il devront faire preuve de patience, qui est la vertu de tout bon développeur. Et compter en tout encore deux années.

François Othenin-Girard