Publiziert am: 09.02.2018

L’utilisation l’emporte sur la propriété

MOBILITé – Cornelia Stengel, vice-directrice de l’Association Suisse des Sociétés de Leasing (ASSL), commente les trends actuels.

Journal des arts et métiers: Bien que les chiffres 2017 ne soient pas encore disponibles, quel est votre pronostic?

n Cornelia Stengel: 2017 s’inscrira dans la continuité. Selon notre rapport 2016, on constate que les consommateurs représentent le plus grand segment des sociétés de leasing: 42,8% des nouveaux contrats (soit 4,23 milliards de francs) et 37,2% du portefeuille de contrats (7,92 milliards de francs) sont attribués à ce groupe de clients. C’est impressionnant et démontre que le leasing est en pleine croissance pour les particuliers en rappelant au passage que cela profite aux garages et concessionnaires qui dépendent égale­ment de ce mode de financement.

«le leasing est en pleine croissance pour les particuliers.»

Sur le marché assez opaque du leasing, difficile de connaître la part de marché des voitures neuves «vendues» en leasing. Avez-vous des chiffres pour les particuliers et les entreprises?

nLa part de marché du leasing sur l’ensemble des voitures neuves vendues chaque année est d’environ 45%. Sur l’ensemble des véhicules en circulation en Suisse (ndlr. 4,2 millions), le financement par leasing ne représente plus que 15%. En outre, la statistique se base sur une estimation puisque nos chiffres proviennent des sociétés de leasing affiliées à l’ASSL (environ 80% du marché).

«La part de marché du leasing sur l’ensemble des voitures neuves vendues chaque année est d’environ 45%.»

Enfin, nos chiffres ne distinguent pas les contrats de leasing pour particuliers de ceux des entreprises.

Les PME ont-elles les mêmes conditions que les grandes entreprises? Ou ici prévaut la devise «plus grande est l’entreprise et plus avantageuses sont les conditions de leasing»?

nLes conditions sont négociées entre les parties, c’est-à-dire entre le preneur de leasing et la société de leasing. L’association n’a ici pas la moindre information.

Les grandes entreprises tendent à externaliser la gestion de leur flotte, à l’instar de La Poste. Peut-on parler ici aussi de «dématérialisation» et est-ce une tendance réelle?

nL’ASSL pense en effet que la tendance, c’est l’éloignement de l’acquisition de propriété pour la simple utilisation d’objets. La clientèle veut l’utilisation d’un véhicule ou, plus largement, de la mobilité. Elle est de moins en moins intéressée à la propriété d’un véhicule en particulier. Pour cette constellation, le leasing est la forme de financement idéale.

Faisons un saut dans l’avenir! Pour la livraison de proximité, les véhicules utilitaires pourraient être largement remplacés par des drones ou cargo-bike électriques. Les sociétés de leasing se préparent-elles à des évolutions radicales de la mobilité?

nAbsolument! Pendant deux ans, l’Association Suisse des Sociétés de Leasing a déjà travaillé sur un projet à grande échelle dans lequel l’accent est mis sur les innovations dans 
l’industrie. En outre, l’association 
organise des conférences pour ses membres, au cours desquelles des idées innovantes et des innovations technologiques sont présentées.

Interview: Jean-Luc Adam