Publiziert am: 25.01.2019

Moins de chômage en 2018

marché du travail – Grâce à une bonne conjoncture, le chômage a continué de baisser au cours de l’année écoulée. Selon le SECO, le marché du travail est en bonne santé.

Le chômage en Suisse n’a jamais été aussi faible au cours des dix dernières années. Le taux de sans emploi a atteint 2,6% en moyenne en 2018, contre 3,2% l’exercice précédent, selon les indications fournies mardi par le Secrétariat d’État à l’économie (SECO). En tout, 118 103 personnes étaient inscrites en moyenne auprès des OPR ces douze derniers mois, un chiffre inférieur de 17,5% à celui de 2017.

«Les derniers chiffres indiquent que l’économie suisse se porte bien et que la situation du marché du travail est bonne», affirme le SECO dans son communiqué.

Les indicateurs à la baisse

Le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s’est fixé à 2,4% en glissement annuel. Cet indicateur est en recul constant depuis mai 2017, après une longue période de stagnation autour de 3%. Une forte contraction est intervenue durant la période janvier-juillet, le nombre d’inscrits s’étant ensuite maintenu à un niveau bas, avant de remonter en novembre et décembre sous l’effet de fluctuations saisonnières.

Devoir d’annonce: effet positif

L’ensemble des cantons romands ont bénéficié d’une amélioration en 2018, notamment Neuchâtel dont la proportion de sans emploi moyenne a reculé d’un point à 4,6%, toujours la plus élevée de Suisse. Au niveau national, le taux de chômage a atteint un plancher pluriannuel en mai (2,4%) et n’a plus bougé jusqu’en novembre. La baisse est constatée tous azimuts. Le nombre de demandeurs d’emploi a clairement régressé, que ce soit en moyenne annuelle ou à fin décembre. L’amélioration a bénéficié à toutes les catégories d’âges. Le taux de chômage des jeunes (15-24 ans) a atteint 2,4%, soit 0,7 point de moins qu’en 2017. Du côté des seniors (plus de 50 ans), une baisse de 0,3 point à 2,5% est enregistrée. L’année 2018 a également été marquée par l’introduction en juillet de l’obligation d’annonce pour les postes vacants, nouveauté qui concerne les corps de métiers où le taux de chômage dépasse 8%.

Repli confirmé en décembre

Cette nouvelle contrainte fait partie du dispositif d’application de l’initiative dite «contre l’immigra­-tion de masse». Elle a entraîné une envolée statistique des postes vacants. En décembre, la proportion de sans-emploi s’est fixée à 2,7%, en hausse de 0,2 point de pourcentage sur un mois. À la fin d’année, le SECO recensait 119 661 chômeurs inscrits, en hausse de 8,3% sur un mois mais en repli de plus de 18% en rythme annuel.

Tous les cantons romands ont connu une hausse du chômage en décembre, notamment le Valais dont le taux s’est envolé de 1,2 point à 4,0%. Genève (4,4%) et Neuchâtel (4,1%) demeurent en queue de classe­ment, avec des augmentations respectives de 0,1 et 0,2 point. Vaud et le Jura ont enregistré une poussée de 0,3 point à 3,9% et 3,7%, respectivement. Fribourg a subi une hausse de 0,4 point mais reste loin devant (3,0%).