Publiziert am: 08.03.2019

Recherche partenaires prêts à foncer

SOLVENT TECHNOLOGY – Un couple de Lucernois trouve un moyen de générer de l’air chaud via des panneaux solaires thermiques.

Sécher un local qui a tendance à devenir humide en utilisant le photovoltaïque, un entrepôt qui a tendance à devenir humide ou simplement chauffer de l’air frais pour climatiser, c’est ce que propose Solvent. Installés à Dagmersellen dans le canton de Lucerne, Hans-Jörg Häller et son épouse Chantal présentaient mi-février leur invention au Climat Show 2019 de Lausanne. Cette start-up en plein démarrage a mis quatre ans pour développer son produit. Pour le développement, elle a bénéficié de l’appui de la Fondation suisse pour le climat (100 000 francs à la clé).

Faciliter le recyclage

Le collecteur se constitue de panneaux solaires sur lesquels sont tendus une couche sélective recouvert d’un film plastique qui résiste aux grêlons de trois centimètres. «Le châssis est en acier inoxydable et les matériaux peuvent être facilement recyclés», ajoute l’inventeur qui, après un apprentissage dans le secteur des machines, est devenu ingénieur en environnement. L’installation peut être montée sur un toit. «L’air entre naturellement dans le dispositif qui est sous pression, explique cet ingénieur. Après réchauffement, l’air est expulsé via des ventilateurs et des tubes isolés jusqu’au lieu idoine.» Un thermostat et un régulateur de pression permettent de régler la qualité et le volume de l’air distribué.

Long développement réalisé

«Le dispositif a été testé et mesuré trois ans sur le toit de la ferme de mon frère, explique le jeune entrepreneur. Il y a une année, nous avons vendu le premier dispositif qui est installé sur le toit d’un garage pour voitures.» Parmi les applications figurent également les exploitations agricoles qui utilisent de l’air chaud, par exemple pour des halles de séchage, des élevages de volailles, détaille le Lucernois. «C’est une solution idéale pour toute personne qui a besoin d’un air tempéré fourni de manière régulière durant une longue période.»

Les difficultés après l‘invention

«Passer sans encombre l’étape du développement, c’est une chose. Il faut ensuite trouver des projets et des partenaires qui s’engagent, explique Hans-Jörg Häller qui se débrouille assez bien en français. Durant cette phase de lancement, la visibilité est une nécessité vitale. Le couple s’active donc pour élargir son bassin commercial en Suisse romande. «Nous commençons par la Suisse, puis nous passerons à l’Allemagne et l’Autriche. Durant le salon, nous avons eu divers prospects pour des projets en Amérique du Sud et en Asie, avant tout dans le secteur de l’agrobusiness.»

François Othenin-Girard