Publiziert am: 06.09.2019

Entraîneur sportif: plus qu’un ballon

bernard briguet – Ancien directeur de l’Association suisse des cadres en Suisse romande (ASC), ce Sierrois a commencé il y a de nombreuses années à valider les compétences des responsables communaux et des officiers.L’heure des entraîneurs et des présidents de clubs sportifs est arrivée. Il a créé une association à cet effet.

«Les clubs sportifs permettent à leurs entraîneurs et à leurs responsables de développer des compétences sociales en conduite et en management. On ignore souvent à quel point cette dimension constitue un apport des plus intéressants pour l’économie.»

Bernard Briguet est un préretraité doté d’un enthousiasme communicatif: «Les entraîneurs n’ont pas besoin d’apprendre la culture des feedbacks en suivant de coûteux séminaires de formation continue, lance ce Sierrois de 64 ans. C’est comme pour la gestion du conflit et du stress, la dynamique de groupe, la conduite d’équipe: toutes ces compétences-clé font partie de leur bagage!»

Car voilà son dernier projet: après avoir constitué une nouvelle association, il valide et certifie l’expérience des entraîneurs et des présidents de clubs sportifs. Afin que ces derniers puissent valoriser leurs compétences dans le monde des entreprises. Et que ces dernières puissent également en profiter! Une dizaine d’entraîneurs sportifs ont déjà tiré parti de cette possibilité unique en Suisse romande.

«EntraÎneur sportif, municipal et officier: un socle commun de compétences.»

Ancien directeur de l’Association suisse des cadres en Suisse romande (ASC), Bernard Briguet a commencé il y a de nombreuses années à valider les compétences dans deux autres domaines: les officiers d’armée et les municipaux dans les communes. Deux types de responsabi­lités qu’il a longtemps exercées, car il fut lui-même officier à l’armée, membre de l’exécutif de sa ville et député au Grand Conseil valaisan.

«Au total, nous avons déjà certifié 530 officiers et 90 municipaux, explique-t-il. Et puis après l’ASC, j’ai eu envie de me lancer dans un projet similaire pour le monde du sport associatif. Nous avons constitué un groupe de travail pour plancher sur le sujet.»

En creusant le champ des pratiques sportives dans un cadre associatif, le groupe parvient à mettre au jour une dizaine de compétences clé pour l’entraîneur sportif (dont cinq constituent un socle commun avec celles des officiers et des municipaux).

Des valeurs chevillées au corps

Comment participer à ce programme? «Le candidat doit avoir été actif au minimum trois années, soit environ 600 à 700 heures – le plus souvent à raison de 12 à 15 heures par semaine, détaille-t-il. Puis, nous auditionnons les candidats en prenant en compte les références qu’ils peuvent nous donner ainsi que leurs autoévaluations. C’est sur cette base que nous certifions leurs compétences via un protocole que nous avons mis au point.»

Sportif – titulaire lui-même d’une formation ès manager du sport – Bernard Briguet a les valeurs de la performance, de l’équipe et du dépassement de soi chevillées au corps. Au début des années 1980, cet athlète du Club athlétique de Sierre galopait le 800 mètres en 1 minute 55 secondes à Athletissima. A l’Idheap à Lausanne en 2002, il consacre son travail de diplôme à un thème qui continue d’alimenter les débats: la reconversion des sportifs. Apparemment leur situation n’a guère changé: «C’est ce qui rendra ou non le sport crédible dans notre pays.»

A la clé, il y a donc aussi un brin de militantisme et un grand travail de sensibilisation que ce spécialiste romand a toujours mené auprès des RH, on l’a vu sur les plateaux télé. Selon lui, les ressources humaines et les décideurs de l’économie privée ne semblent pas d’emblée convaincus que les compétences développées dans le microcosme des clubs de sport puissent se révéler d’emblée utiles aux entreprises. «Il faut donc leur montrer qu’un entraîneur, c’est autre chose qu’un type doté d’un sifflet qui aligne des cônes orange sur une pelouse!»

Comment? «En les rendant con­scients du fait que d’entraîner des juniors deux à trois fois par semaine ou de présider un club de 3e ligue développe notamment des compétences telles que le leadership, le sens des responsabilités, de l’organisation et bien d’autres, complète-t-il. Et que les centaines, voire les milliers d’heures, consacrées à l’entraînement ou à la gestion d’une équipe durant des années constituent une excellente école de conduite et de management.»

Du pain béni pour les PME

Selon lui, ce simple constat devrait éveiller l’intérêt des entreprises et inciter les patrons de PME à mieux considérer leurs collaborateurs actifs dans une équipe de football ou de hockey. «Si le responsable comprend ce que ces gens savent faire, c’est du pain béni pour leur entreprise.» Les clubs sportifs allègent ce faisant les coûts de formation des PME.

Bernard Briguet se souvient de quelques personnalités marquantes qui exemplifient selon lui ces vertus. «Nous avons offert chaque année un diplôme pour récompenser le manager du sport de l’année, se souvient-il. L’entraîneur Bernard Challandes m’avait scotché: je l’imagine s’adressant aux employés d’une entreprise en grève, selon moi une heure après, tout le monde est au travail ! Nous avons aussi décerné ce prix à Christian Constantin, qui est au-dessus du lot: il a énormément de compétences. Ces gens travaillent à l’émotionnel, exactement comme Adolf Ogi.»

Le référentiel de personnes concernées par cette valorisation semble infini. «Dans un club de foot, comme celui de Sierre, on trouve déjà une quarantaine d’entraîneurs, énumère-t-il. Rien qu’en Valais, il existe de 130 clubs de ski qui comprend chacun une douzaine d’entraîneurs, soit 1300 personnes! Imaginez ce que cela donne pour l’ensemble de la Suisse romande.»

Bien entendu, pour passer aux actes, Bernard Briguet se dit prêt à venir en parler dans les PME qui le souhaiteraient et en feraient la demande – par exemple dans le cadre d’une formation continue. Ou à répondre à toutes les questions que les lecteurs du JAM – sportifs ou non sportifs – se poseraient.

François Othenin-Girard

www.accreditation-sport.ch