Publié le: 1 juillet 2022

Ils ont à cœur le travail de qualité

ALFASET – Qui, dans le microcosme horloger et industriel neuchâtelois, ne connaît cette structure qui emploie des personnes vivant avec un handicap et peut accomplir de vrais miracles en quelques jours?

Mettre à disposition beaucoup de gens pour une masse de travaux très simples à réaliser d’urgence? Trier des emballages de montres qui ont été mal collés. Assembler dans l’urgence divers éléments pour finaliser un cadeau que les entreprises souhaitent offrir à leurs clients. Compter, monter, mettre en sachet azoté, apposer un label. Chez Alfaset, ce ne sont pas seulement de petites mains qui s’activent de manière précise, mais les mains de personnes qui ont à cœur de livrer du travail de qualité.

Si, chez Alfaset, on les appelle des bénéficiaires, c’est bien parce que pour eux, cette fondation offre une très grande valeur ajoutée dans un projet de vie personnel. «En arrivant, leur besoin est souvent de reprendre des habitudes, de se resocialiser, de se reconstruire, de prouver qu’on est utile et qu’on peut faire quelque chose de bien», explique Patrick Loertscher.

Un nouvel horizon

Le responsable du service commercial et marketing nous accueille pour une visite et un entretien exploratoire en compagnie de Jocelyne Nkiambi, assistante marketing et community manager. Plus tard, lors de la visite de ce centre de production, c’est sur les visages de ces collaborateurs dont certains ont connu ou connaissent des troubles psychiques, burnout, accidents de la vie – que l’on réalise à quel point la valeur du travail compte. Mais Alfaset, c’est en même temps bien plus que cela.

Cette structure a été fondée en 1962 à la Chaux-de-Fonds par Bernard Froidevaux, un horloger lui-même handicapé. «Il s’est illustré comme l’un des acteurs importants dans la création de l’assurance-invalidité (AI). «Son idée était d’offrir des places de travail à des personnes en situation de handicap», relève Patrick Loertscher. À l’époque, le premier atelier était installé à la rue de la Serre à La Chaux-de-Fonds. Ces centres ont été ouverts ailleurs dans le canton et ont fusionné dans les années 80. Au chapitre de sa propre histoire, la Fondation fête cette année son soixantième anniversaire. Du reste, tous les jeux en bois fabriqués depuis plus de quarante ans au sein de l’entreprise ont été regroupés dans une salle – ce qui fait penser à un minimusée.

Pas de dumping chez Alfaset

Quel bond en soixante ans. Aujourd’hui, Alfaset compte plus de 700 personnes – dont 500 vivent avec un handicap. Ces employés, sous la houlette d’une quarantaine de maîtres socio-professionnels, s’activent dans divers ateliers dont certains sont situés directement dans des entreprises (Felco, Philipp Morris, Nivarox). Les 13 sites de la Fondation se trouvent dispersés dans tout le canton de Neuchâtel, à La Chaux-de-Fonds, à Couvet dans le Val-de-Travers, à Peseux et à Neuchâtel. La fondation met aussi à disposition des appartements pour des résidents dans un immeuble à proximité du siège chaudefonnier et d’autres appartements. La collaboration avec les équipes éducatives (maîtres socio-professionnels et éducateurs) est l’une des pièces centrales du dispositif. Les subventions du canton de Neuchâtel permettent de financer l’accompagnement, l’idée étant que les activités permettent de dégager un autofinancement. «Nous ne faisons pas de dumping et nos prix correspondent à ceux du marché», indique Patrick Loertscher.

«Alfaset est un couteau suisse avec plein d’activités.» Dans ses centres de production, on trouve les nombreux ateliers pour l’horlogerie et l’industrie déjà mentionnés, mais aussi une menuiserie complète dans laquelle sont fabriqués des jeux en bois – depuis si longtemps déjà. Ces derniers sont exportés dans toute l’Europe et c’est pour cette raison que Swiss Label, la marque à l’arbalète, est apposée sur ces produits.

Ruches et caissettes à journaux

«Depuis plusieurs années, nous fabriquons des ruches dont les professionnels sont assez friands et que nous vendons dans toute la Suisse romande. Les pièces en métal équipant les ruches sont également confectionnées dans nos ateliers.» Il y a aussi des hôtels pour les insectes, le plus fameux en forme de gigantesque «M» se trouve à Marin-Centre.

Autre réussite, les fameuses caissettes à journaux que l’on trouve dans toutes les gares de Suisse. Il s’en est produit plusieurs milliers, des rouges, des bleues, des roses et même des tessinoises. Alfaset s’est investie dès le départ pour trouver une solution permettant de les arrimer au sol (avec des briques en ciment CFF) et de les lier les unes aux autres.

En direction du Locle, on trouve une imprimerie dont l’une des spécialités réside dans l’impression et surtout le pliage des fameuses notices d’emballage pour les médicaments, ce qui est pratique pour offrir ses services aux entreprises actives dans ce secteur. Cette structure permet aussi d’imprimer des livres et toutes sortes de produits. Citons encore une activité à Neuchâtel qui permet de numériser depuis de nombreuses années les archives de certains journaux.

Des prothèses pour le CICR

La visite nous a aussi permis de découvrir un atelier d’injection de plastique où se situe toute la chaîne de production de diverses prothèses (pieds, mains, genoux). Une activité développée en collaboration directe avec le CICR. Les différentes pièces produites, assemblées et conditionnées par Alfaset sont soigneusement traitées selon les complexes normes en vigueur et ensuite livrées directement à la Croix-Rouge et sur le terrain à diverses ONG. Le soin apporté aux différentes étapes et les nombreux contrôles permettent de s’assurer que 100% des pièces arriveront à destination et que l’orthoprothésiste chargé d’équiper les patients sur le terrain trouve «tous les écrous»!

François Othenin-Girard

Les plus consultés