Publiziert am: 08.01.2019

Initiative extrême contre le mitage – superflue & nuisible

NON À L’INITIATIVE EXTRÊME CONTRE LE MITAGE Un comité économique largement soutenu a aujourd’hui mis en garde contre cette initiative dangereuse lors d’une conférence de presse. Le gel des zones constructibles exigé par les initiants entraînerait une forte pénurie de terrains à bâtir et une hausse des prix et des loyers dans certaines régions.

Des représentantes et représentants de l’économie préviennent : l’adoption de l’initiative contre le mitage gèlerait le développement économique de certaines régions. Elle entraînerait une raréfaction de la surface du sol notamment dans les centres urbains. Conséquence : particuliers et entreprises seraient de plus en plus nombreux à devoir s’installer hors des centres. L’initiative va donc à l’encontre de ses propres objectifs ! La coalition qui combat l’initiative contre le mitage ne cesse de s’agrandir : à l’instar du comité économique, le Parlement, le Conseil fédéral, la majorité des partis, la Conférence des gouvernements cantonaux, l’Union des villes suisses et l’Association des communes suisses ainsi que de nombreuses autres organisations disent clairement NON à cette initiative.

L’initiative contre le mitage est extrême et préjudiciable au développement. Un gel absolu des zones à bâtir ne tient pas compte des besoins de la population et de l’économie, ni des différences cantonales et régionales. Personne n’est en faveur du mitage. En adoptant la loi révisée sur l’aménagement du territoire, les citoyens ont posé les jalons nécessaires. Les exigences fondamentales de l’initiative sont déjà prises en compte dans la nouvelle loi. Les instruments permettant d’assurer une utilisation mesurée du sol existent déjà dans la loi sur l’aménagement du territoire et portent leurs fruits : depuis 2012, la surface de zones à bâtir est restée quasiment constante en dépit de la croissance continue de la population.

Le gel des zones constructibles entraînerait une forte pénurie de terrains à bâtir dans certaines régions ainsi qu’une hausse des prix et des loyers. Il est illusoire de croire qu’un propriétaire foncier accepterait de dézoner une partie de son terrain à bâtir uniquement parce que son voisin aimerait construire. L’initiative gèlerait donc le développement économique. Les entreprises désireuses de s’agrandir ne pourraient plus le faire sur leur lieu d’implantation. Mais l’adoption de l’initiative menacerait également des projets d’infrastructures du secteur public, telles que complexes scolaires ou gares par exemple.

Emplois et prospérité menacés

Christine Bulliard-Marbach, conseillère nationale PDC et présidente du Groupement suisse pour les régions de montagne, souligne qu’une adoption de l’initiative pénaliserait lourdement les cantons périphériques et alpins. Le gel indifférencié des terrains à bâtir provoquerait une raréfaction immédiate de terrains constructibles dans ces régions. Il serait ainsi très difficile pour de nouveaux habitants ou des entreprises de s’installer dans ces cantons. Christine Bulliard-Marbach en appelle aux citoyens : « Les cantons alpins et périphériques ne sont pas un parc naturel, ou un musée à ciel ou-vert. Ce sont des lieux de vie, de culture et de travail. Cette réalité doit être acceptée et défendue ».

Le jeune entrepreneur Leroy Bächtold est convaincu que seul un NON à l’initiative contre le mitage préservera la compétitivité de la place économique suisse. Cela permettra d’éviter une augmentation excessive des loyers et des prix de l’immobilier. Avec un NON à l’initiative, PME et startups resteront compétitives et ne devront pas aller s’établir en périphérie, voire s’exiler à l’étranger.

Extrêmement dangereuse et discriminatoire

L’entrepreneuse et conseillère nationale UDC Diana Gutjahr juge l’initiative extrêmement dangereuse et relève qu’elle hypothèque une fois de plus le bon fonctionnement de notre système fédéral et empiète sur les prérogatives des cantons et des communes. Pour stopper sérieusement le mitage, il serait plus judicieux de simplifier les règles de construction dans les zones bâties que de proposer des modèles d’aménagement du territoire restrictifs assortis d’interdictions.

Télécharger le dossier de presse (fichier PDF)

Site Internet de la campagne « Non à l’initiative extrême contre le mitage »

NON À L’INITIATIVE EXTRÊME CONTRE LE MITAGE !
foto

Le 10 février 2019, les citoyens seront appelés à s’exprimer sur l’initiative extrême contre le mitage. Son adoption gèlerait le développement économique de certaines régions. Elle entraînerait une raréfaction de la surface du sol notamment dans les centres urbains. Conséquence : particuliers et entreprises seraient de plus en plus nombreux à devoir s’installer hors des centres. Dans les cantons et les communes, l’initiative des Jeunes Verts engendrerait une grande insécurité en termes de cadre juridique et de planification ; elle compromettrait en outre le fédéralisme.

Découvrez tous les arguments qui plaident contre cette initiative extrême dans le journal de votation (PDF).