Publiziert am: 25.01.2018

La campagne des jeunes Romands (2)

no billag – Mathieu Couturier, membre du comité «No Billag Romandie»: mettre tous les médias sur un pied d’égalité avec une concurrence saine pour tous!

« Pourquoi devrions-nous payer pour une prestation que nous n’utilisons pas et que nous n’avons même pas demandée ? » C’est la question que se posent de nombreux jeunes, qui ont ainsi décidé de voter OUI à « No Billag » le 4 mars prochain. A l’instar de Mathieu Couturier, membre du comité « No Billag Romandie » : « Aujourd’hui, 91% de la redevance Billag est versée à une seule institution, la SSR. Le reste est partagé entre les télévisions et les radios locales et l’entreprise de perception, Billag. Ironie du sort ou simple hasard, nos télévisions et radios (privées) locales touchent seulement 5% de la part du gâteau tandis que Billag se « contente » de 4%. Répartition plutôt paradoxale … En effet, nous disposons en Suisse de plus de 34 chaines locales (radios comprises) qui finalement bénéficient quasiment du même montant qu’une seule et unique entreprise de recouvrement (Billag). Un autre fait pour le moins étonnant dans ce débat, est l’affolement des dirigeants des chaines locales face à notre initiative. Selon eux, en cas de OUI le 4 mars, ils devront fermer boutique alors qu’ils ne reçoivent que des miettes, dans un marché qui voit la SSR, devenue un véritable mammouth, prendre toute la place. L’initiative propose de mettre sur un pied d’égalité tous les médias et de ce fait, de permettre aux télévisons et chaines locales de pouvoir opérer sur un marché avec une concurrence saine. La suppression de Billag permettrait de remettre en question la position quasi-monopolistique de la SSR et donnerait assurément un tout autre attrait aux médias locaux. Libérés de la redevance, les Valaisans pourront choisir d’attribuer nettement plus de moyens aux chaines locales que les montants touchés aujourd’hui. » usam