Publiziert am: 04.10.2019

Libre-échange: la Suisse en Asie

LIBRE-ÉCHANGE – Un voyage de Jean-François Rime avec le Département de l’économie au Japon et au Vietnam permet de tirer des enseignements pour les exportateurs suisses présents dans ces deux régions.

L’UE s’est donc réveillée au Japon où depuis le 1er février 2019, elle dispose également d’un accord de libre-échange. Ce texte est beaucoup plus moderne que celui qui avait été signé avec la Suisse. Il va beaucoup plus loin en termes de libéralisation du commerce. Les exportateurs communautaires de vin, de produits à base de viande, de bonbons et d’autres denrées alimentaires bénéficieront à l’avenir de tarifs plus favorables et de procédures douanières et de certification plus simples. «Les Suisses n’ont pas ces simplifications et les producteurs suisses risquent d’être exclus de la concurrence de l’UE», affirme Jean-François Rime, président de l’usam. Le conseiller national (UDC/FR) est de retour d’un voyage au Japon et au Vietnam avec le Département de l’économie et le conseiller fédéral Guy Parmelin.

«Le marché japonais est particulièrement intéressant pour les produits agricoles et alimentaires. C’est un fait que le Japon a faim de produits alimentaires occidentaux, il est en effet le premier importateur mondial de fromage.»

La Suisse et le libre-échange

Le traité UE-Japon est également avantageux dans d’autres secteurs et pour les marchés publics. A l’avenir, les entreprises de l’UE seront autorisées à soumissionner pour des projets de chemins de fer, d’hôpitaux et d’aménagement du territoire japonais. Les entreprises suisses n’ont pas cet accès. Pour l’instant, le feu vert n’est donné qu’à l’industrie. Les droits de douane sur les produits industriels entre le Japon et la Suisse ont déjà été largement abolis.

Le Japon est le sixième partenaire commercial de la Suisse. En 2017, des marchandises d’une valeur totale de près de 13,5 milliards de francs ont été échangées. Avec près de 7,5 milliards de francs d’exportations vers le Japon et environ 6 milliards d’importations, la balance commerciale est positive d’environ 1,5 milliard. Or ces chiffres n’ont pas beaucoup changé au cours des dernières années. Il faut donc revoir cet accord.

«Concernant l’économie, nous allons probablement au-devant d’une conjoncture difficile. Des accords de libre-échange avec des pays hors de l’UE sont très importants, estime Jean-François Rime. Je pense aussi aux Etats-Unis ou au Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay).»

Le Vietnam et ses potentiels

Des négociations sont en cours depuis 2012 en vue de conclure un accord de libre-échange entre l’Association européenne de libre-échange (AELE) et le Vietnam. «C’est un pays prioritaire pour la coopération économique et le développement, confirme Jean-François Rime. Pour beaucoup, il est le prochain grand marché en croissance en Asie.»

Avec 7,08% de croissance du PIB, le Vietnam a enregistré la plus forte progression de la décennie en 2018 avec une moyenne de 6% par an sur dix ans. Ce résultat est en partie attribuable aux délocalisations de production en provenance de Chine.

Fort partenariat commercial

L’économie est fortement orientée vers l’exportation et profite de la marge de manœuvre créée par l’abandon croissant de la production de biens bon marché par la Chine. Grâce aux accords de libre-échange, le Vietnam s’intègre de plus en plus dans l’économie mondiale.

«Les enjeux sont nets: en 2018, le volume des échanges commerciaux entre la Suisse et le Vietnam s’est élevé à environ 2,1 milliards de francs», souligne Jean-François Rime. Le Vietnam est le quatrième partenaire commercial de la Suisse au sein de l’ASEAN. Les exportations suisses vers le Vietnam s’élèvent à environ 665 millions de francs.

Les biens d’exportation les plus importants sont les produits pharmaceutiques et les machines (principalement des produits intermédiaires qui sont ensuite transformés au Vietnam). Pour avoir une vue d’ensemble des relations commerciales de la Suisse avec le Vietnam, il faut également tenir compte du fait que les exportations des autres pays de la région vers le Vietnam comprennent également des produits suisses, y compris des machines textiles.

Henrique Schneider, usam

Les plus consultés