Publiziert am: 10.11.2017

Pas tout rose dans le nouveau bleu

FORMATION – L’usam salue certaines améliorations de l’obtention du permis de conduire, comme la procédure d’admission par voie électronique. Mais reste sceptique sur d’autres points du projet comme, par exemple, les conditions d’obtention des permis moto.

La formation des nouveaux conducteurs en Suisse sera améliorée. Ainsi, l’automobiliste qui décrochera son permis de conduire définitif bénéficiera de beaucoup plus d’expérience pratique qu’auparavant. Mais la réforme ne s’arrête pas là, elle prévoit une simplification des démarches administratives et veut même rendre la formation moins chère. Ces points, l’Union suisse des arts et métiers ne peut que s’en féliciter. Sur d’autres aspects du projet, en revanche, elle émet de sérieuses réserves.

Formation allégée

En 2005, le législateur a introduit une formation en deux phases. La première consiste en une formation théorique et pratique jusqu’à l’examen du conducteur. La seconde débute par une période probatoire de trois ans, accompagnée d’une formation complémentaire. Or souvent, cette formation est perçue comme trop coûteuse et par conséquent doit être allégée. Encore une initiative que soutient l’usam!

Elève conducteur dès 17 ans

Afin de maintenir à 18 ans l’âge minimal pour passer le permis de conduire définitif, le permis d’élève conducteur pourra être obtenu dès l’âge de 17 ans révolus. Cette mesure, l’usam la soutient sans réserve. Mais l’autre nouveauté voulant que les personnes de moins de 25 ans ne puissent passer leur examen pratique de conduite que si elles possèdent le permis d’élève conducteur depuis au moins douze mois et ont acquis de l’expérience pratique durant cette période, l’usam juge la durée excessive et la rejette.

Simplification administrative

Que les examens pratiques se concentrent davantage sur la vérification des compétences du candidat plutôt que sur la recherche des erreurs est une approche soutenue par l’usam, tout comme la simplification des procédures administratives. La procédure d’admission se fera par voie électronique, comme c’est déjà le cas pour les démarches auprès de nombreux offices communaux, cantonaux et fédéraux.

Flexibilité pour les deux-roues!

En revanche, l’usam réclame davantage de flexibilité pour les permis motocycles. Selon le Conseil fédéral, les catégories de motocycles et les règles fixées pour l’obtention du permis de conduire correspondant seront adaptées aux dispositions de l’UE. Ainsi, à l’avenir, seules les catégories A1 (125 cm3) et A2 (jusqu’à 35 kW) pourront être obtenues pour commencer. Toute catégorie de niveau supérieur exigera la réussite d’un examen. L’usam rejette cette intensification et estime que l’accès à la catégorie A limitée à 35 kW devrait être possible dès le départ.

L’âge d’entrée à la catégorie A illimitée doit être abaissé de 25 à 24 ans, comme c’est déjà le cas en Allemagne, Italie et Autriche. Il sera possible d’obtenir son permis A illimité à partir de 24 ans révolus et sans examen pratique supplémentaire, à condition d’avoir possédé pendant deux ans minimum le permis de la nouvelle catégorie A2 (35 kW maxi). Pour les motos jusqu’à 125 cm3 (11 kW maxi), l’âge minimum légal est en tous les cas fixé 16 ans révolus.

Dieter Kläy,

mobilité, usam

Les plus consultés