Publiziert am: 06.10.2017

Profiter des opportunités numériques

raiffeisen – Le troisième groupe bancaire de Suisse exploite le réseau de points bancaires le plus dense du pays, y compris dans les régions périphériques. Les technologies nouvelles et innovantes ne remplacent pas la proximité, mais la complètent idéalement.

Autrefois, les adolescents se ruaient en hurlant sur leurs idoles avec un bloc-notes et un stylo pour avoir un autographe. Les hurlements sont toujours là, mais on s’approche maintenant des stars en leur tournant le dos sans vergogne. Ce n’est qu’ainsi qu’on peut réussir le parfait «selfie» avec son smartphone. La numérisation déferle non seulement dans notre vie privée, mais aussi dans le monde du travail, créant de nombreux nouveaux modèles d’affaires. Les besoins de la clientèle changent, le monde avance plus vite.

Coûts financiers 
considérables

«Pour le monde de l’économie et du travail, cela signifie surtout une chose: ceux qui ratent ce train à grande vitesse risquent de se retrouver très vite sur une voie de garage», remarque Urs P. Gauch, responsable de la clientèle entreprises chez Raiffeisen Suisse. La transformation numérique n’est toutefois pas facile ni rapide à réaliser pour tous les acteurs du marché. Pour les petites et moyennes entreprises surtout, elle entraîne souvent des coûts financiers considérables et nécessite un savoir spécialisé important. Il est donc difficile d’agir rapidement.

Selon l’étude sur la situation des PME 2017 réalisée par la Haute école spécialisée de Zurich (FHS) avec le soutien de Raiffeisen, 72% des PME suisses mènent aujourd’hui déjà des projets de digitalisation. Elles en sont cependant plutôt au début, voire au tout début. En plus des coûts, c’est souvent une grande incertitude qui freine le développement. Les entreprises ne savent pas sur quoi se concentrer concrètement en matière de numérisation.

La croissance de la banque 
numérique

La branche financière est, elle aussi, touchée par l’influence croissante de la nouvelle réalité numérique. L’activité bancaire traditionnelle est de plus en plus concurrencée par des start-ups fintech qui mettent en place de nouveaux modèles d’affaires. Plutôt que de rester dans l’attente, Raiffeisen aborde proactivement la transformation numérique. Le laboratoire d’innovation de notre banque, RAI Lab, étudie les tendances, les technologies et les modèles d’affaires du futur. Raiffeisen a pris conscience très tôt du change­ment des besoins de la clientèle et développe depuis des années de nouveaux outils et des applications numériques pour sa clientèle entreprises. Les PME peuvent par exemple demander des crédits en ligne, gérer leurs salaires électroniquement avec e-salaire et utiliser Raiffeisen 
e-connect. Celui-ci permet un échange de données sûr avec la Banque grâce à la norme EBICS (Electronic Banking Internet Communications Standard). Sur la base du système de comptabilité Abacus, Raiffeisen a développé une interface avec son e-banking. Abaninja est utilisé par un nombre croissant de clients. Les échos sont extrêmement positifs. «Avant, nous établissions les factures et les rappels manuellement dans Word et nous transmettions les comptabilisations au fiduciaire. Aujourd’hui, tout se fait en quelques clics», explique par exemple Vendelin Coray, directeur de Schwyz Tourismus et utilisateur d’Abaninja. «Tous les processus sont simplifiés et plus efficients. Grâce à l’automatisation il n’y a plus de double comptabilisation», se réjouit-il.

Complément au conseil personnel

Les nombreux échos positifs de la clientèle confortent Raiffeisen dans sa volonté de promouvoir le développe­ment d’offres et de services numériques. Les progrès techniques ne changent rien au fait que nous sommes la banque de Suisse ayant la plus grande proximité physique avec la clientèle, affirme Urs P. Gauch. «Les services numériques à la clientèle ne remplacent pas le conseil personnel, mais le complètent idéalement.»

Raiffeisen