Publiziert am: 09.03.2018

Renaissance pour les smartphones

TECH RECYCLAGE – Un acteur monte en force en Suisse romande. Il reconditionne des smartphones et les revend. Basée à Fribourg, cette PME dispose d’un site de production à Genève. Parmi ses partenaires figurent Swisscom et M-Budget Mobile.

A la tête de Recommerce Solutions (RS) Switzerland, filiale suisse de Recommerce Group, Jérôme Grandgirard et son team s’activent dans des locaux situés sur l’ancien site du brasseur Cardinal. Leur PME est active dans le recyclage de téléphones. Les appareils sont reconditionnés et remis en vente. Un modèle qui s’étend actuellement dans toute l’Europe.

JAM: Pourquoi avoir choisi le site BlueFactory à Fribourg?

n  Jérôme Grandgirard: Nous nous y sommes installés car il s’agit d’un lieu de création et d’innovation, tourné vers les ambitions de la société à 2000 watts. Sa position géographique, son ambition et également le fait que BlueFactory soit dans une démarche de réutilisation, de réaffectation d’anciens bâtiments collent parfaitement à nos valeurs.

«le marché suisse 
dispose d’un fort 
potentiel.»

Que faites-vous en Suisse?

n RS Switzerland a été fondée en 2014 et basée à Fribourg. Nous sommes une filiale de Recommerce Group, l’expert de la reprise, du reconditionnement et de la revente de smartphones. Nous donnons une seconde vie aux mobiles grâce à des technologies et des méthodes innovantes, depuis la collecte jusqu’à la revente.

Vous avez un accord avec M-Budget Mobile. De quoi s’agit-il?

n Partenaire de M-Budget Mobile depuis 2015, RS Switzerland s’engage à proposer des smartphones reconditionnés de qualité premium, ainsi qu’une offre de services d’accompagnement aussi complète que celle des téléphones neufs: rééquipement avec des accessoires neufs, effacement systématique de toutes les données personnelles, livraison gratuite, support professionnel, garantie d’une année.

 

Quelle est votre philosophie du recyclage?

n À nos yeux, l’obsolescence programmée n’est pas une fatalité! C’est en constatant le rythme toujours plus rapide du renouvellement des mobiles, que quatre entrepreneurs du e-business, du réemploi et des télécoms, Pierre-Etienne Roinat, Benoît Varin, Cédric Maucourt et Antoine Jeanjean, décident, en 2009, de redonner une seconde vie aux téléphones mobiles en créant Recommerce Solutions, rebaptisé Recommerce Group.

«Nous estimons que L’obsolescence 
programmée n’est 
pas une fatalité!»

La start-up a désormais bien grandi et a su, tout en gardant ses valeurs et son dynamisme, créer un nouveau modèle économique: le «recommerce» vise à favoriser la re-commercialisation de biens d’occasion. La société est aujourd’hui présente dans de nombreux pays européens et regroupe une centaine de collaborateurs.

 

Où se trouvent vos usines?

n Nous avons à cœur de penser 
global, mais d’agir localement. Nos usines de reconditionnement spé­cialisées sont situées en Suisse – à 
Genève – et dans l’Union européenne, en France, au Portugal et en Roumanie.

Vous avez donc une activité à Genève. De quoi s’agit-il?

n RS Switzerland a sélectionné pour ses activités suisses un partenaire situé en Suisse, à Genève. «Realise» est une entreprise de réinsertion et de développement des compétences par la pratique. Il s’agit d’une PME à vocation sociale. Tous les smartphones sont entièrement vérifiés dans cet atelier spécialisé, avant d’être proposés notamment aux clients de M-Budget Mobile mais également sur notre propre plateforme: recommerce.swiss. En achetant un mobile avec RS Switzerland, vous contribuez à créer des emplois en Suisse et à préserver l’environne­ment.

«Nous travaillons en Suisse avec Swisscom et M-Budget Mobile.»

Comment fonctionnent les filières de récupération des smartphones?

n La récupération ou le rachat de smartphones se fait soit auprès de particuliers, soit d’entreprises. Nous avons développé des solutions de reprise sur le web et en point de vente avec des partenaires de type opérateur, constructeur ou autre. Nous collaborons ainsi en Suisse avec Swisscom et M-Budget Mobile. Pour ces derniers, nous avons développé des solutions de reprise web et des points de vente complètement intégrés à leur univers. Nous proposons donc aux potentiels clients – via nos partenaires et nos solutions – des prix de reprise pour leur ancien smartphone. Pour obtenir un prix, le client répond à quelques questions simples sur l’état de son smartphone. S’il accepte notre offre, nous organisons ensuite pour lui la logistique d’acheminement de l’appareil, que nous testons, puis que nous payons.

Quels sont vos objectifs pour 2018, également en Suisse?

n Grâce notamment à la récente levée de fonds de 50 millions d’euros, notre objectif pour Recommerce Group en 2018 est une croissance de plus 50% de notre chiffre d’affaires. Nous allons investir massivement dans le développement de notre marque grand public «Recommerce» afin d’en faire la première marque européenne de produits reconditionnés. Pour la Suisse, nous partageons aussi cette ambition. En effet, ce marché dispose d’un fort potentiel, car un nombre encore assez restreint de consommateurs revendent leur ancien smartphone. Nous voulons devenir une référence en termes d’économie circulaire – en démocratisant la revente et l’achat de produits reconditionnés.

 

Quels marchés (pays) visez-vous?

n Pour Recommerce Group, nous recommercialisons déjà nos smartphones reconditionnés en France, en Suisse, en Allemagne, en Espagne et dans le Benelux. Nous envisageons d’accélérer notre développement en Allemagne.

Interview: François Othenin-Girard