Publiziert am: 08.11.2019

Suisse-Pérou: de fructueux échanges

macro – Le Pérou et la Suisse ont tout à gagner à trouver de nouveaux modes de coopération. Les deux économies peuvent tabler sur une forte complémentarité. De plus, les deux pays font figure de pionnier quant aux mesures mises en place suite à l’Accord de Paris pour le changement climatique.

Le Pérou est un partenaire de la Suisse. D’un côté, la Confédération y finance de l’aide au développement. De l’autre, ce pays andin s’ouvre aux entreprises suisses, en particulier dans les domaines de l’alimentation et des technologies environnementales.

Cette alliance permet aussi d’aller de l’avant. Selon l’Accord de Paris pour le changement climatique, de nouveaux modèles de coopération pour la réduction des gaz à effets de serre doivent être développés. Le Pérou et la Suisse sont les premiers pays à mettre en place un projet pilote pour nouveaux marchés des certificats CO2. Le début de cette coopération est prévu pour l’année 2021. En Suisse, elle est gérée par la Fondation centime climatique. A cela s’ajoutent des démarches privées et associatives qui permettent de dynamiser les échanges (lire p. 21 ci-contre).

Décennie dorée, la page tournée

Dotée d’une économie de taille moyenne et d’un PIB nominal de 216 milliards de dollars US en 2017, le Pérou est parvenu jusqu’ici à maintenir une croissance économique soutenue. Et cela même après la fin de la «décennie dorée» dans les matières premières (2005-2014) – contrairement à la plupart de ses voisins.

Si, en termes de PIB, le pays se situe dans le premier tiers des économies de la planète (49e place en 2017 selon la Banque mondiale), il n’occupe que la 86e place s’agissant de son PIB par habitant qui s’établit à 6572 dollars US, pour 31,3 millions d’habitants (2017).

Malgré le poids excessif de l’économie informelle et de fortes disparités sociales, ethniques et géographiques, le pays a connu une période de recul rapide de la pauvreté qui est passée de 58,7% de la population en 2004 à 21,7% en 2017.

En politique, ça bouge

A cela s’ajoutent de forts enjeux politiques. Après la démission du président Pedro Pablo Kuczynski, accusé de corruption, son vice-président Martín Alberto Vizcarra est entré en fonction en 2018. Face à une opposition forte, ce dernier a décidé de dissoudre le Congrès et d’avancer la tenue d’élections générales à janvier 2020. Malgré les protestations de l’opposition, la population et les militaires semblent soutenir le président.

Henrique Schneider, usam

Le pérou tous azimutsMarchandisesRechercheCoopérationEchanges culturelsLes Suisses au Pérou

La Suisse et le Pérou entretiennent des relations amicales, qui se traduisent par des consultations politiques régulières. Le Pérou est un pays prioritaire de la Suisse dans le domaine de la coopération au développement économique.

Les relations politiques entre la Suisse et le Pérou sont harmonieuses et dynamiques. Au cœur des relations bilatérales figurent l’intensification des échanges commerciaux, la coopération culturelle et judiciaire, les questions liées aux entreprises et aux droits de l’homme, et la contribution apportée par la Suisse à la promotion du développement économique et à l’adaptation au changement climatique.

La Suisse et le Pérou ont conclu des accords dans les domaines suivants: libre-échange, protection des investisse­ments, double imposition, transport aérien, entraide judiciaire et protection des biens culturels.

Marchandises

En 2018, la Suisse a importé des marchandises du Pérou pour une valeur totale de 2,3 milliards de francs. L’or a été de loin la marchandise la plus importée (95% du volume total). En 2018, la Suisse a exporté pour 168 millions de francs de marchandises à destination du Pérou, principalement des machines, des produits pharmaceutiques et des montres. Fin 2017, les investisse­ments directs de la Suisse au Pérou s’élevaient à 321 millions de francs, et les entreprises suisses employaient quelque 6600 personnes dans le pays.

Recherche

Les chercheurs du Pérou peuvent déposer leur dossier de candidature auprès du Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) pour obtenir des bourses d’excellence de la Confédération suisse.

Coopération

Depuis 2009, le Pérou est un pays prioritaire du Seco dans le domaine de la coopération économique au développe­ment. Entre 2017 et 2020, environ 70 millions de francs doivent être investis.

Le Pérou fait en outre partie du programme andin de la DDC dans les domaines du changement climatique et de la gestion durable des ressources en eau (MAPS).

Echanges culturels

Le Pérou est un pays prioritaire de l’Office fédéral de la culture en matière de coopération. La Suisse et le Pérou ont financé plusieurs projets dans ce cadre. Le Musée Rietberg a ainsi consacré en avril 2018 une exposition à la civilisation de Nasca.

Les Suisses au Pérou

Fin 2018, 3020 ressortissants suisses vivaient au Pérou d’après les statistiques des Suisses de l’étranger. Le consulat ouvert en 1884 dans la capitale, Lima, fut transformé en consulat général en 1931. Une représentation diplomatique existe depuis 1946. En 1964, la Suisse a lancé dans les Andes péruviennes l’un de ses premiers programmes de coopération technique. Une chambre de commerce suisse opère au Pérou depuis 1979.

Sources: DFAE

présence helvétiqueInfrastructuresSantéMatières premières

Les entreprises suisses sont bien établies au Pérou, en particulier dans les secteurs de l’industrie des machines, de l’industrie pharmaceutique et plus particulièrement dans la branche des matières premières. Le volume des exportations suisses destinées au Pérou s’élève à 164 millions de francs (2016). Faute d’une industrie manufacturière, le degré de fabrication est faible et le pouvoir d’achat des 20 millions de Péruviens bas (revenu par habitant: 5727 USD en 2016).

Infrastructures

Il subsiste un important potentiel économique. Le domaine des infrastructures intéresse tout particulièrement les entreprises. Sachant que le pays prévoit de développer ses infrastructures de transport, la demande de services d’ingénierie et de biens d’équipement, y compris le matériel roulant ferroviaire, va augmenter fortement.

Il convient de mentionner avant tout le projet d’une ligne ferroviaire internationale à travers les Andes visant à relier l’Atlantique et le Pacifique. Il suffit de voir l’approvisionnement énergétique dont dispose le pays pour se rendre compte que le Pérou est en mesure de rattraper son retard dans le domaine des infrastructures: il affiche même un excédent d’électricité. Le secteur de la santé renferme également un gros potentiel.

Santé

A l’heure actuelle, le Pérou investi quelque 3% seulement de son PIB dans le système de santé – des régions entières sont encore sous-approvisionnées. Une augmentation des dépenses dans ce domaine accroîtrait le potentiel de marché des entreprises suisses actives dans le secteur pharmaceutique et la technique médicale.

Matières premières

Pour ce qui concerne le secteur des matières premières, les sociétés suisses sont déjà bien actives au Pérou et ont atteint une certaine importance. Elles figurent parmi les principaux investisseurs et sont à l’origine d’une grande partie des exportations. Elles possèdent, sur la côte, de grandes installations de stockage, de traitement et de chargement des matières premières. L’or, le cuivre, mais aussi le zinc et le plomb font partie des principales matières premières extraites dans les Andes péruviennes. A cet égard, l’or occupe une place à part, car près de la moitié de l’or exporté par le Pérou est destiné à la Suisse – ce qui fait de notre pays le troisième marché d’exportation de cet Etat andin. La «Better Gold Initiative» soutenue par le Seco joue un rôle particulier à cet égard.

Le Pérou est un pays prioritaire dans le cadre des activités de développe­ment économique du Seco. Un programme sur cinq ans, doté de 70 millions de francs, a pu être conclu. Au cours de ces dernières années, l’engage­ment de la Direction du développement et de la coopération (DDC) a pu être forte­ment réduit.

Le Pérou n’est plus en effet un pays en développement – l’Etat andin a doublé son PIB au cours des quinze dernières années. La situation reste favorable pour les investisseurs suisses.

Sources: Seco

Les plus consultés