Publiziert am: 04.10.2019

Une pionnière mal jugée

CLIMAT – Le débat actuel sur le climat peut facilement donner l’impression que la Suisse est l’un des pires contre exemple. Or c’est exactement le contraire qui est avéré. Notre pays est un premier de classe en matière de protection du climat.

Les émissions de gaz à effet de serre de la Suisse représentent environ un millième des émissions mondiales. C’est donc peu de chose. Mais ce qui est encore plus impressionnant, ce sont les chiffres de l’efficacité énergétique en Suisse. Par rapport aux pays de l’UE en particulier, les grandes réalisations en matière de protection du climat sont frappantes. Ce qui tendrait à passer plutôt inaperçu dans le débat actuel!

Comparaison: les voisins directs

Par exemple, la consommation d’énergie brute annuelle moyenne de l’UE s’élève à 3,3 tonnes équivalent pétrole par personne. En Suisse, ce chiffre n’est que de 3. Les pays voisins ayant des températures similaires – Allemagne et Autriche – ont une consommation annuelle moyenne de 3,9 tonnes équivalent pétrole par personne.

Ce comparatif devient encore plus clair si l’on prend en compte les émissions de gaz à effet de serre par personne et par an. La Suisse en émet 6,4 tonnes. La moyenne de l’UE est supérieure d’un tiers et s’élève à 8,7 tonnes. En Autriche, elle est de 9,4 tonnes et même de 11,4 tonnes en Allemagne.

L’intensité en CO2 du produit intérieur brut de la Suisse est également en baisse, c’est-à-dire qu’elle semble être particulièrement respectueuse du climat. Pour chaque équivalent dollar du PIB, la Suisse émet 0,07 kilogramme de CO2. En Autriche, cette émission s’élève à 0,14 kg et en Allemagne de 0,18.

Scandinaves: pas un exemple

Encore plus intéressant: les pays scandinaves dont l’exemplarité a été saluée au cours du débat parlementaire, comme étant d’une grande propreté, se trouvent dans une situation bien moins avantageuse. La Suède émet en effet 0,10 kilogramme de CO2 par dollar de PIB, le Danemark 0,12 et même la Finlande 0,21. La moyenne européenne est de 0,2 kilogramme de CO2 par dollar de PIB.

Notre régime climatique fonctionne. Au vu de ces chiffres, la question est plus que justifiée: Pourquoi l’opinion publique répète-t-elle ad nauseam que la Suisse est un délinquant climatique? Il n’y a pas d’explication à cela. Mais les faits sont têtus! Le régime climatique suisse fonctionne. Elle repose sur un mélange de technologie, d’incitations et de sanctions. Il n’est pas nécessaire de modifier cette combinaison, car les objectifs sont déjà atteints aujourd’hui. C’est précisément la raison pour laquelle la Suisse fait figure de pionnière. En ce qui concerne la politique climatique, on ne devrait pas fracasser ce qui marche déjà.

Henrique Schneider, usam